mar 182013
 

Témoignage de freelance : Gérôme CUIGNET

Découvrez aujourd’hui le témoignage de Gérôme CUIGNET, freelance depuis 2009. Découvrez à travers son témoignage les raisons pour lesquelles il a choisi le statut de freelance, les avantages et les inconvénients selon lui de ce statut.

Si vous êtes vous même freelance et que vous voulez également partager votre témoignage, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : lucas.marguiron[at]consultime.com !

Comment êtes vous devenu freelance ?

Je suis devenu freelance en 2009 suite à la création du statut autoentrepreneur qui permet de se lancer sans risque financier. J’avais besoin d’une source de revenu supplémentaire et l’occasion s’est présentée avec un contact personnel qui avait besoin d’un développeur pour faire des évolutions sur un de ses outils internes. J’ai ensuite enchaîné des petites missions en télétravail tout en restant salarié jusqu’en juin 2012, date où j’ai définitivement quitté le poste de salarié que j’occupais pour me mettre 100% à mon compte.

Selon vous quels sont les avantages du métier de freelance ?

Le premier avantage du métier de freelance est financier : je gagne environ deux fois plus que lorsque j’étais salarié en SSII. Je facture mes journées 30 à 40% moins cher que le prix que proposaient mes anciens patrons, mais je n’ai pas à assumer leurs salaires, les creux d’activité de mes anciens collègues, ni les charges de structure d’une entreprise.

Le second avantage est la diversité des missions et des contacts. Je rencontre des gens de divers domaines, industrie, service, etc… Ce qui n’est pas toujours le cas en SSII car on se retrouve souvent cantonné au domaine dans lequel on est le plus rentable.

Le troisième avantage que je citerai est l’indépendance et la grande liberté dont je bénéficie. Mon CV se vend facilement et je suis plus souvent confronté à un choix de missions à accepter qu’à un manque de travail. De plus, lorsque je ne suis pas en régie, je peux organiser mon temps de travail comme je le souhaite et profiter au maximum de ma famille la journée en commençant à travailler tôt le matin puis une grosse coupure pour m’occuper de mon bébé de 18 mois, puis je m’y remet quand il dort ou le soir par exemple.

Les inconvénients ?

L’inconvénient principal est le manque de trésorerie lorsque les clients paient à 60 jours après la fin de la prestation, ce qui équivaut à 90 jours. En négociant j’arrive en général à réduire ce délai à 30 jours, voire à 0 jours moyennant un escompte pour paiement anticipé mais les fins de mois sont parfois difficiles en début de missions.

Un autre inconvénient, qui en est un du fait du manque de trésorerie, est le manque de visibilité sur l’activité à venir : je ne sais pas encore ce que je ferai dans trois mois. Mais avec l’expérience je m’y suis habitué et ça ne m’inquiète pas car je sais que le travail arrivera d’une façon ou d’une autre.

Un dernier inconvénient que je citerais est plus une difficulté qu’un inconvénient : la complexité du choix d’une structure juridique. Pour quelqu’un comme moi qui n’ai que peu de connaissances dans ce domaine, le choix est long et fastidieux et les bons conseils rares. Certaines sont plus intéressantes vis-a-vis des taxes et impôts, mais pas pour la sécurité sociale par exemple…

Quels types de missions réalisez vous ?

Jusqu’à présent je ne fais que des missions de conception et développement d’applications WEB, et un peu de TMA. De préférence en télétravail mais je fais aussi un peu de régie pas trop loin de chez moi (Isère et Lyon). Mes missions sont en général courtes, de un à trois mois, mais parfois moins lorsqu’un client a besoin de moi en mode commando pour débugger une application qui doit être déployée trois jours plus tard.

A la demande  d’un de mes clients réguliers, je songe à devenir formateur pour une partie de mon temps (10 à 15% sur six mois pour essayer). Dans mes domaines d’expertises le TJM est plus élevé que celui du développement et même si ça demande plus de préparation et de déplacements que mes missions habituelles, je pense pouvoir augmenter mes revenus et mon expérience par ce biais.

Comment trouvez vous vos clients ?

Au début je trouvais des clients par mes contacts et surtout par le bouche à oreille, autant dire que je n’avais pas beaucoup de missions mais j’ai pu me faire une opinion sur le travail en freelance grâce à ça.

Par la suite, j’ai cherché activement sur des sites de mise en relation entre freelance et clients, j’ai ainsi trouvé quelques petites missions et un client qui est maintenant fidèle depuis un peu plus de deux ans et me rapporte environ 50% de mon chiffre d’affaire.

Maintenant, je ne trouve plus mes clients : ce sont eux qui me trouvent :-). J’ai diffusé mon CV sur de nombreux sites dédiés aux freelances informatiques, le retour à été long à se mettre en place mais maintenant j’ai beaucoup de sollicitation et je dois choisir pour qui je veux travailler. Il m’arrive même de refuser des missions qui sont dans mon domaine d’expertise parce que pas assez payées ou alors je n’ai pas la disponibilité qu’ils souhaitent. J’ai aussi plusieurs alertes très ciblées sur quelques sites de mise en relation qui me proposent une dizaine de missions par jour, j’y répond quand j’ai un trou entre deux missions et que j’ai plus besoin d’argent que de vacances :-)

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>